Parcours (sans erreurs)


Vue de l’exposition Mutipath, galerie Marine Veilleux, Paris.
Barres d’obstacles hippique repeintes, février 2014.


Barre d’obstacle n° 1
bleu/jaune/rouge : 
les extrémités sont repeintes en blanc
Barre d’obstacle n° 2 bleu/blanc/rouge : 
les fragments rouges sont repeints en noir
Barre d’obstacle n° 3 bleu/blanc/rouge : 
les fragments blancs et bleus sont repeints en blanc
Barre d’obstacle n° 4 vert/rouge/blanc : 
le vert et le blanc sont repeints en noir
Barre d’obstacle n° 5 vert/rouge/blanc : 
la barre est entièrement repeinte en blanc

C’est barre ne sont pas des bâtons accompagnant 
la promenade, mais les marques d’un parcourt 
ou la peinture fait obstacle. Les erreurs ne se trouvent pas dans la succession des segments de couleur, 
mais dans la peinture elle-même. Usés, craqueler, fissurés, 
les segments de bois sont marqués par le passage 
et les erreurs des chevaux et de leur cavalier. Repeindre c’est effacer petit à petit les erreurs de parcours.

Ramener ces objets peint à l’intérieure de l’espace d’exposition, ce n’est pas pour venir marquer les conditions d’existence nécessaire à l’appréhension des œuvres. C’est objet peint, en insistant sur l’espace 
de la galerie, sont jute présent pour perturbé les trajectoires, parfois faire obstacle et contraindre le promeneur. L’installation présente dans l’ensemble des pièces 
de la galerie propose une promenade ou la peinture 
est obstacle. L’ensemble est un parcours à franchir sans erreur.

Parcours (sans erreur) a aussi été présenté à l’exposition Nonobstant.